Réseau Sud Nantes
hiearchical-view

Le réseau Nantes Sud

Télécharger l'organigramme 2015 des formations du réseau Nantes Sud

L’enseignement catholique met en place à la rentrée un réseau éducatif autour des trois lycées de l’agglo sud. Les lycées de la Joliverie et de la Baugerie à Saint-Sébastien et Notre-Dame de Rezé se rapprochent donc pour répondre à un double défi.Ce n’est pas une fusion. Et encore moins une absorption. Le premier relève de l’essor démographique qui marque la partie sud de l’agglomération nantaise depuis quelques années. Les trois lycées de l’enseignement catholique de cette zone doivent ainsi faire face à une demande croissante d’inscriptions. « À la dernière rentrée, explique ainsi Yann Léandre, directeur du lycée Notre-Dame, on compte 425 demandes pour 285 places disponibles en seconde. On refuse chaque année un élève sur deux ».
Presse Océan, le 21 Janvier 2015 Voir l'article

reseau sud nantes

Ces établissements se réorganisent en réseau à la rentrée. Un moyen, pour l'enseignement catholique, de développer une offre de formations complémentaires et d'augmenter la capacité d'accueil en filière générale.

Développer la complémentarité

La Loire-Atlantique connaît une forte poussée démographique. Le Sud-Loire est particulièrement concerné. Conséquence de cette hausse de la population : depuis quelques années, dans le secteur de Rezé, les établissements de l'enseignement privé sont obligés de refuser du monde. « À la dernière rentrée, nous avons dû refuser un élève sur deux », précise Hervé Bonamy, directeur diocésain. Au lycée Notre-Dame, pour la rentrée prochaine, on compte actuellement 425 demandes pour 280 places en seconde.

L'enseignement catholique compte trois lycées dans la zone intra-périphérique sud de l'agglomération. Ils proposent des filières d'enseignement général, technologique et professionnel, mais inégalement réparties, estime la direction diocésaine. « Des filières d'enseignement professionnel d'un même domaine peuvent se retrouver à la fois à la Baugerie et la Joliverie, par exemple. » Quant au lycée général et technologique Notre-Dame, qui regroupe uniquement les filières générales, il ne peut répondre à toutes les demandes.

« Comment faire pour augmenter nos capacités d'accueil et répondre aux familles qui sont en demande croissante ? Au-delà de cela, on s'est dit que c'était l'occasion de regarder un peu plus loin et de se pencher sur le parcours des élèves. » Objectif ? Rapprocher les compétences des établissements pour, à la fois, élargir les capacités d'accueil et l'offre de formation.

29 bacs différents

Pour la rentrée prochaine, les lycées Notre-Dame à Rezé, la Baugerie et la Joliverie à Saint-Sébastien seront donc regroupés dans un même pôle de formations. « Un élève pourra s'inscrire dans l'un de ces établissements en seconde, poursuivre dans l'un de ces trois lycées. Ce fonctionnement en réseau, c'est la possibilité d'offrir 29 bacs différents aux élèves », explique Yann Léandre, chef d'établissement du lycée Notre-Dame.

Une réorganisation des filières qui permet de répondre en proximité et en complémentarité. Pour Catherine de Page, directrice du lycée de la Baugerie, « cette réorganisation permettra d'offrir des parcours de formation diversifiés, le plus adapté possible au jeune. Il y a une volonté de construire des passerelles, des parcours sécurisés. » « La polyvalence dans les lycées est un plus, ajoute Patrick Bizet, directeur de la Joliverie. C'est l'occasion, pour les élèves, de découvrir des branches qu'ils ignorent totalement. » Pratique quand on réfléchit à son orientation. Le pôle offre aussi des formations post-bac.

Des transferts de spécialités

Ce que ça change ? La spécialité « architecture et construction » de la filière STI2D, actuellement à la Baugerie, sera transférée à la Joliverie, qui propose déjà trois autres spécialités de cette filière. Prévu également, le transfert de la Baugerie à la Joliverie, du BTS « bâtiment » et du CAP « maintenance des bâtiments de collectivités ». De quoi libérer des espaces à la Baugerie qui pourra ainsi complèter son offre en enseignement général. La Baugerie ouvrira ainsi, dès septembre, des nouvelles classes de seconde de filière générale. Des classes de première et terminale (en ES et en S, option SVT) suivront en 2016 et 2017.
Ouest France, le 21 Janvier 2015 Voir l'article